Introduction

Présentation

Comme beaucoup l'on constaté, l'accordage standard de la guitare présente une "incohérence" au niveau des cordes SOL et SI: celles-ci sont espacées d'un intervalle de tierce majeure (2 tons), alors que toutes les autres sont espacées d'un intervalle de quarte (2 tons et demi). Cette manière ancestrale d'accorder une guitare n'est pas sans raison: le décalage présent entre les deux cordes SOL et SI peut être vu comme un "ajustement", permettant d'obtenir facilement des positions d'accords couvrant toute la hauteur du manche.

Cela étant dit, lorsque l'on se consacre un peu plus aux solos et que l'on utilise des accords moins étendus (accords de quatre sons, triades), on peut s'interroger sur l'utilité de laisser de coté l'accordage standard au profit d'un accordage symétrique. Il y a quelques années, j'ai décidé de franchir le pas (avec le recul, je dois avouer que mon objectif était peut-être simplement de ne pas faire comme tout le monde... Ah, l'adolescence!), et de m'accorder exclusivement en quartes, en baissant les quatre cordes graves d'un demi-ton. Cette manière de procéder m'a beaucoup apporté, car elle simplifie grandement les schémas des positions de gammes ou d'accords, et permet d'établir un cerain équilibre entre théorie et pratique.

Le but de ces articles n'est aucunement de remettre en cause l'accordage standard. Celui-ci, utilisé par les maîtres, a fait, et fait toujours ses preuves depuis l'invention de la guitare. Non, je me propose simplement d'exposer les bénéfices que l'on peut tirer de cette façon d'accorder la guitare, des obstacles que l'on peut rencontrer et des manières de les contourner.

Suivant >>